Restaurant Clémentine

L'Ambassade des Vignerons et des Grands Produits du Terroir

Histoire de la Vigne

Les grecs n´ont pas inventé le vin. Ils ont fait mieux. Ils lui ont attribué Dionysos comme dieu particulier. Ils l´ont rendu immortel. On ne peut pas dire précisément d´où la vigne est originaire, vigne porteuse de vins ou plutôt porteuse de ses fruits, les raisins, propres à donner du vin. On a coutume de la faire naître dans le Caucase méridionnal, entre l´Arménie, la Turquie et l´Iran. A peu prés là ou l´arche de ce Noé célébré comme l´ancêtre des pochards se serait échouée, à la fin du déluge. Quelle belle coïncidence! Et, si l´on croit les déclarations de scientifiques soviétiques, dans la région au Mont Ararat, parmi les débris de bois d´acacia (et non de cèdre du Liban), pouvant provenir d´une nef de belle taille, on aurait retrouvé des fonds de jarres d´un diamètre respectables, contenant de la lie de vin fossilisée.
Mais la vigne poussait déjà en Europe occidentale, au Miocène, troisième période de l´ère tertiaire,alors que le singe apparaissait en Afrique. On a dégagé des empreintes de feuilles dans le tuf, près de Montpellier. Ce qui a fait bien plaisir aux viticulteurs de l´Hérault. La domestication de la vigne s´est faite par bouturage de l´espèce sauvage prae-viniféra.
Une sélection obtenue au cours des siècles a permis de constituer des variétés que l´on appelle des cépages. Ainsi: le Pinot noir , le Chardonnay qui sont devenus les principaux cépages de Bourgogne, le Riesling qui a donné des vins d´Alsace et du Rhin; Le Cabernet fit les Bordeaux, le Kardaka les vins de Hongrie et de Roumanie, le Nebbiolo est le père des vins d´Italie du nord comme le Barrolo ou le Gattinara; le Grenache reste générateur de nombreux vins du midi de la France et de Californie; le groslot fait des vins de la Loire, etc…Ou bien on procède à des clonages ou bouturages à partir d´un pied issu d´hybride.
Quant au procédé de la greffe, il remonte à l´époque romaine. Mais il ne faut pas oublier l´importance du terroir, ce berceau de la vigne entouré de fées particulières apportant chacunes sa bénédiction: « Une alchimie secrète s´empare des moindres richesses du terroir pour en composer l´élixir sans pareil » disait Maurice Constantin-Weyer dans un des plus beaux livres que l´on ait jamais écrit sur le vin et Dieu sait s´il y en a! Le raisin se consomme également frais, en « raisin de table ». Celui qui donne le meilleur vin ne se démontre pas forcément délicieux ainsi. Chacun des usages est en fonction des aptitudes des cépages. Le raisin de cuve doit avoir des grains sérrés et juteux fournissant des moûts de bonne qualité. Le raisin de table se préfère en grappes lâches, se prétant à la main qui les dépouille sans qu´on y pense, tout au plaisir de sentir la fraîcheur brûlante du jus vous caresser la gorge.

mar, septembre 30 2008 » Archives, Vins