Restaurant Clémentine

L'Ambassade des Vignerons et des Grands Produits du Terroir

L’eau (la suite)

Pollution de l’eau douce
Bon alors bien sur tout le monde va penser que je vais parler des fameux nitrates qui s’accumulent dans nos robinets. Eh bien, non ! Les nitrates, c’est bien sûr un problème, mais il y a beaucoup plus important !
En réalité plus de la moitié des fleuves de la planète sont pollués, et plus d’un milliard et demi de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Cent Vingt millions de personnes sont en permanence malades à cause de l’eau. Cinq millions de personnes en meurent chaque année, dont, chaque jour, six mille enfants. L’eau polluée représente un danger majeur pour la santé humaine.
Si la majorité des victimes se situent en Afrique et Asie, les pays industrialisés sont loin d’être à l’abri. Dans ces pays, le tout à l’égout et les systèmes de retraitement ont effectivement diminué la pollution des eaux de surface. Mais les eaux souterraines sont, à l’insu de tous, de plus en plus polluées et menacées. Or ces eaux souterraines alimentent en eau potable deux milliards de personnes, parmi lesquelles les 2/3 des européens et 1/3 des américains. Notre eau souterraine est généralement considérée comme pure, mais une grande partie de cette eau est en réalité gravement polluée par des déchets qui ne passent pas tous par les égouts. Et cette pollution s’accroît car ces eaux se renouvellent très lentement et la pollution augmente donc chaque jour.

Qui Pollue ?

  • Les déchets humains
    Ce sont les déchets humains qui sont la première cause de la pollution de l’eau douce. Dans les pays en voie de développement, 95 % des eaux usées domestiques et 75% des déchets industriels sont rejetés dans les rivières. Même dans les pays industrialisés, un tiers des déchets humains et des millions de tonnes de déchets animaliers sont répandus dans les champs, soit pour les fertiliser, soit tout simplement pour s’en débarrasser. On ne le sait pas, mais même aux USA, 900 000 personnes soufrent de maladies gastriques dues à l’eau contaminée de cette manière. Et bien sûr (?), dans les pays non-industrialisés, ces eaux engendrent dysenteries, typhoïde, choléra, gastro-entérite et Hépatite. Les diarrhées dues à l’eau polluée par des déchets humains et animaux sont la première cause de mortalité infantile dans le monde. Signalons un cas de pollution domestique volontaire et acceptée : la pollution aux fluorures. Sous prétexte qu’il est censé protéger des caries, le fluor est actuellement ajouté à l’eau potable de 200 millions d’américains et 6 millions d’anglais, sans compter le canada, le Chili, l’Irlande, Israël et le Brésil qui s’y mettent aussi (en France et en Allemagne, c’est interdit). Or il est de plus en plus certain que le fluor ajouté à l’eau potable est dangereux pour la santé, et de même que son effet anti-carie est de plus en plus contesté. Les habitants des zones où ces pratiques ont lieu ont un taux supérieur de fractures de la hanche, ainsi que d’un type de cancer (rare) des os chez les garçons de 9 à 19 ans. La fluorisation provoque également une carence en iode susceptible d’endommager la thyroïde et de provoquer des handicaps physiques et mentaux. L’eau n’est pas un médicament ! A vouloir trop bien faire…
  • Les déchets industriels
    Ensuite, ce sont les industries qui polluent le plus.
    Les principaux polluants industriels sont :
    Les produits pétrochimiques
    (benzène, toluène, additifs aux carburants) qui s’échappent des réservoirs et des véhicules. Aux états unis, en 2000, on a recensé pas moins de 386000 fuites de réservoirs rouillés en 2000. Shell a reconnu en 1993 qu’un tiers de ses stations services en Angleterre avaient pollué les eaux souterraines. A Santa Monica, en Californie, la moitié des puits alimentant la ville en eau ont dû être fermés à la suite d’un écoulement de pétrole.
  • Les solvants chlorés
    utilisés pour dégraisser les métaux et les plastiques et nettoyer les tissus dans les pressing. Très utilisés dans l’électronique, la papeterie et l’aéronautique, ces produits s’infiltrent dans les réserves d’eau douce. On en a trouvé dans 50% des réserves d’eau potable anglaises, et dans 30% au japon (Et en France ? Silence radio). Boire de l’eau polluée par des solvants chlorés détériore le foie et les reins, provoque certains cancers et des troubles de la fertilité. Ils sont également très dangereux pour les femmes enceintes, et peuvent provoquer des malformations des nouveaux-nés. Notons que beaucoup de pays utilisent du chlore pour « traiter » l’eau, or le chlore peut produire du chloroforme, produit dangereux qui est une cause de cancer de la vessie, du colon et du rectum.
  • Les métaux lourds.
    Le plomb, le mercure, l’arsenic, le Cadmium sont rejetés massivement par l’industrie minière. La production de la quantité d’Or nécessaire pour fabriquer une simple alliance génère trois tonnes de déchets contaminés par les métaux lourds. En Papouasie (Indonésie), la mine Grasberg rejette cent vingt mille tonnes de déchets chargés de mercure et de cyanure par jour. Mais les décharges d’ordure sont aussi des sources de pollution des eaux par des métaux lourds. Les métaux lourds sont très dangereux lorsqu’ils sont ingérés. Ils endommagent le système nerveux et le foie. Les romains utilisaient des tuyaux de plomb, et tombaient comme des mouches, victimes de saturnisme. En France, les quantités admises de plomb sont actuellement de 25 microgrammes par litre. Fin 2013, elles devront être de 10 microgrammes par litre. Notons que les métaux légers, comme l’aluminium, se retrouvent aussi dans l’eau douce, et que ces métaux sont également toxiques (mais c’est moins connu, il ne faut pas énerver le lobby de l’aluminium qui est très puissant en France)
  • Les produits pharmaceutiques.
    Vous ne le savez sans doute pas, mais lorsque vous suivez un traitement médical, si vous faites pipi, les produits pharmaceutiques filent dans l’eau et y restent. 90% des antibiotiques avalés par les humains se retrouvent ainsi dans notre robinet. Tous les cours d’eaux des pays industrialisés sont contaminés par des résidus d’hormones féminines, provenant des pilules anticonceptionnelles utilisées par 225 millions de femmes dans le monde. De même ils contiennent des stéroïdes (provenant de l’urine des animaux de boucherie et des vaches laitières, et qui leur sont administrés pour augmenter les rendements). Les usines de traitement de l’eau ne filtrent pas ces produits. L’effet de ces produits sur la santé n’est pas étudiée car ce problème est très peu connu. Il est à craindre que même de très faibles concentrations aient un impact sur la santé : particulièrement les antibiotiques, qui lorsqu’ils sont présents en permanence provoquent une résistance des bactéries, et les hormones, qui pourraient être une des causes de la baisse de la fertilité masculine observée en Europe et Amérique du nord.
  • Les matières radioactives :
    Il existe dans le monde 442 centrales nucléaires, et une vingtaine d’usines d’armements nucléaires. Ces usines rejettent des déchets radioactifs dans l’eau douce. Les dangers de ces matières ne sont plus à démontrer.

ven, octobre 3 2008 » Archives