Restaurant Clémentine

L'Ambassade des Vignerons et des Grands Produits du Terroir

Patrimoine Touristique de la Corse

<p style= »text-align: justify; »>Les vieilles pierres, reflets de l’identité et de l’histoire</p>
<p style= »text-align: justify; »>Comment comprendre l’histoire de la Corse mieux qu’en visitant ces tours génoise, ces citadelles et autres constructions guerrières qui essaiment sur le littoral?</p>

<p style= »text-align: justify; »>Les invasions successives ont laissé des traces dans les paysages: les fortifications et tours de guet bâties pour bouter les envahisseurs, revêtent un intérêt architectural et historique de premier plan. Les citadelles d’ <strong>Ajaccio, Bastia, Corte, Bonifacio et Calvi</strong> sont particulièrement admirables. La multitude de tours génoises, qui parsème les mille kilomètres de côtes, méritent aussi que l’on s’y arrête. La plupart surplombent un panorama grandiose et certaines d’entre elles, en cours de restauration, sont transformées en belvédère ou lieux d’exposition. Le mélange des traditions -génoise, maure, corse et française- a laissé des empruntes indélébiles dans le décor insulaire.
Des maisons à l’architecture italienne ont été élevées dans les zones les plus reculées: dans les villages, les notables arboraient fièrement leur réussite en rentrant de Gênes avec des architectes chargés d’édifier de magnifiques demeures. Ces maisons de pierre sèche, de blocs de granit ou de schiste, ont défié le temps et nombre d’entre elles sont encore debout et leur architecture varie en fonction des micro-régions. La religion a également marqué la terre de Corse dans son décor et son paysage.
<p style= »text-align: justify; »>De nombreuses chapelles s’élèvent vers les cieux et figurent aujourd’hui les témoignages architecturaux d’une société qui dédiait à Dieu ce qu’elle avait de plus beau. Mais au delà de leur architecture, ces chapelles et églises renfermaient souvent des trésors de peinture et de sculpture, naïfs et émouvants. Les fresques gothiques réalisées pour la plupart à la fin du XV° Siècle sont cachées dans des chapelles romanes aux lignes simples et pures. Ces fresques font l’objet actuellement d’une campagne de sauvegarde engagée par le Parc Naturel Régional de la Corse</p>

<p style= »text-align: justify; »><strong>Les modes de cuisson corses
</strong>Domaine traditionnellement réservé à la femme, la <strong>cuisine corse</strong> a utilisé pendant des siècles des modes de cuisson que la vie moderne évacue peu à peu à son détriment.
Tre case è un fornu (Trois maisons et un four), dit le proverbe. Le four de pierre, était avec le fucone ou la cheminée un élément déterminant pour la cuisson des aliments.
Dans la salle commune (sala), le fucone (foyer mobile) constitue néanmoins le foyer traditionnel autour duquel des générations de paysans et de bergers ont vécu.
La crémaillère (a catena) est accrochée à l’une des poutres et supporte le chaudron (paghjolu) ou la marmite (pignatta) qui chauffe au dessus du fucone.

mar, octobre 21 2008 » Archives